• Facebook
  • Instagram
  • Noir LinkedIn Icône
  • Twitter
  • YouTube
Rechercher

Syngenta, direction zéro plastique


Aujourd’hui c’est au tour de Thomas, Responsable des Services généraux France/Europe Centrale chez Syngenta depuis 9 mois, de se prêter au jeu de l’interview. Avec 28 000 salariés dans plus de 90 pays, Syngenta est leader mondial dans la recherche liée à l’agriculture. L’entreprise agit au quotidien aux côtés de la filière agricole mondiale pour répondre à un enjeu majeur : nourrir durablement la population mondiale tout en préservant la planète.

C’est dans cet esprit que nous avons interrogé Thomas, qui déploie à son échelle les engagements sociaux et environnementaux pris par Syngenta. Avec son équipe, il œuvre au quotidien pour faciliter la vie des collaborateurs et contribue au développement d’un facility management durable et responsable. Thomas nous parle ici de l’influence de la crise sanitaire sur l’organisation des services généraux et sur les initiatives RSE chez Syngenta.

Quel est votre parcours ?


Diplômé de l’école EMLV, j’ai commencé ma carrière en tant qu’associé chez Fluides&Co où j’étais en charge de la relation client. J’ai ensuite travaillé plus de 6 ans pour Engie avant de me diriger vers le facility management chez ISS facility d’abord, puis chez Syngenta.

En tant que responsable des services généraux, quelle est votre principale mission ?


J’assure le suivi de notre prestataire de services (CBRE) en termes de facility management. Je dirige donc une équipe de 30 employés, qui dirigent les services généraux de 30 sites en France et en Europe centrale. En parallèle je m’occupe des missions de recherche de nouveaux locaux et de renégociation de baux et de contrats de prestataires.

Avez-vous un budget Services généraux en propre et si oui, comment a-t-il évolué suite à la crise sanitaire ?


J’ai effectivement un budget propre à mes opérations et délimité à mon périmètre de services généraux, avec un certain degré de liberté dans la prise de décision ou d’achats. Durant la crise sanitaire et le confinement, nous avons augmenté le budget de certains services clés, tel que le nettoyage et la désinfection sur site. Parallèlement à cela, l’arrêt d’autres prestations en raison de l’augmentation du télétravail a généré un équilibre budgétaire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la politique RSE de Syngenta ?


Chez Syngenta, nous avons la volonté d’avoir un impact RSE fort. Cela se traduit notamment par des actions concrètes, comme la réduction de notre consommation d’énergie ou le zéro plastique. En tant que responsable services généraux, j’ai à cœur d’implémenter des solutions en faveur de l’environnement. Par exemple, nous avons supprimé le plastique de toutes nos zones de pauses et l’avons remplacé par des solutions durables comme des contenants réutilisables. Nous prenons également en compte tous les aspects du développement durable dans la construction ou la rénovation de nos bâtiments.

Pensez-vous que la crise sanitaire actuelle puisse finalement dynamiser la RSE en entreprise ?


Selon moi, il y a deux aspects. D’une part, pour tout ce qui concerne la réduction de l'empreinte carbone et la consommation d’énergie, le contexte actuel n’a que peu d’influence. On reste sur notre ligne de conduite pré-covid. D’autre part, pour tout ce qui concerne le zéro plastique, la question est plus compliquée notamment en raison des normes sanitaires. On l’a bien vu avec les masques chirurgicaux, présents partout. Je pense néanmoins que les deux sont loin d’être incompatibles. Chez Syngenta, cela ne nous empêchera pas d’aller de l’avant et d’assurer notre objectif zéro plastique. Pour citer un exemple, nous faisons en sorte que les verres que les collaborateurs utilisent puissent être lavés à plus de 70° degrés.

Justement, par rapport aux contenants et à leurs lavages, quelles solutions avez-vous à date et a-t-elle été modifiée au lendemain du Covid-19 ?

Nous avions déjà enlevé tous nos gobelets plastiques avant la crise sanitaire et avons installé un lave-vaisselle afin de laver et désinfecter nos mugs et nos verres. Durant le confinement, on avait quelques gobelets cartons à côté des fontaines à eau, mais qui ont depuis été remplacé par des verres, ce qui fait qu’aujourd’hui nous n’utilisons plus de plastique à ce niveau-là. Toutes ces démarches sont testées à l’échelle de nos sites tertiaires, ce qui nous permet de voir ce qui pourra fonctionner sur nos sites de production par la suite.

Une solution comme nous le proposons aujourd'hui avec de la vapeur pour un nettoyage et une désinfection rapide a t-elle sa place ?

Quelques secondes pour laver son verre plutôt qu’un cycle de lave-vaisselle de plusieurs heures, des économies d’eau, un gain d’efficacité…Je trouve que c’est une solution intéressante, au niveau du gain de temps comme au niveau de la désinfection !


Retrouvez toutes les interviews sur notre blog et suivez nos avancées sur linkedIn ou notre site internet en vous abonnant à notre newsletter !

16 vues

Arrêtons l'usage unique maintenant !

Nous développons une solution de nettoyage pour faciliter la réutilisation de tasses dans les entreprises. Nous avons pour mission de réduire les déchets que nous produisons chaque jour. 

Notre solution

Notre Verre

Communauté

Merci à la région île-de-France pour son soutien

A propos de auum